Un jour, j'ai rêvé d'être toi

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'Un jour, j'ai rêvé d'être toi est avant tout une pièce qui bouscule les codes et les repères. Dans ce spectacle le public est pris dans l'histoire d'un couple (ami(e)s, amant(e)s, collègue(s)... on ne sait pas trop) qui pour tromper l'ennui s'échange de longs dialogues sur fond de crise identitaire. En gros, Bert rêve d'être Ange et Ange rêve d'être Bert.

Toute la pièce est un long mystère. L'action se situe... et bien justement on ne sait pas trop... dans un appartement? Dans des arènes? Au milieu d'un décor de théâtre? Et quand? Cela pourrait-être à toutes les époques (ou du moins celles avec le téléphone). Le choix des prénoms est lui aussi très énigmatique et asexué. Bref, c'est une oeuvre riche en mystère qui passe d'un genre à l'autre sur fond d'absurdité et de burlesque. 

Malgré ce charivari, les deux personnages arrivent à capter l'attention du public pour les emmener dans leur monde. D'ailleurs, le quatrième mur est volontairement brisé par des interventions multiples tissant une relation privilégiée entre acteurs et public. Tout au long de la pièce, on assiste à une relation antinomique entre Ange et Bert. En effet, on sent une grande complicité entre ces deux acteurs/actrices mais également une rivalité profonde qui va prendre petit à petit toute la place jusqu'au point de non retour. Le public est d'ailleurs pris à témoin dans ce duel où les mots sont des armes. Car c'est "l'année du rat" donc forcément cela est signe de mauvais présage.

Très touchante cette petite touche cinématographique un rien Godarienne dans le fond de la scène et très drôle la scène où Bert joue une domestique et Ange, son maître venant de se faire plus moins plaquer... Ben oui, normal, c'était l'année du rat...

Et maintenant à vous de jouer.
Maria-Nella

Mise en scène AnaÏs MULLER et Bertand PONCET

Interprètes : Anaïs MULLER et Bertrand PONCET

Compagnie Shindo

Théâtre du train bleu - 21 juillet 2018