Les vies de Swann

Pour la première pièce de la journée, le groupe a rendez-vous à 12h15 au théâtre des Béliers Avignon pour "les vies de Swann", pièce fortement conseillée par Brigitte*. Nous y allons sans trop savoir à quoi nous attendre. Ça ne sera pas la première fois au cours de ce festival et jusque là, ça nous a plutôt porté chance.

Nous sommes au dernier rang et nous avons réussi à "caser" nos grandes papattes. Les lumières s'éteignent. Les comédiens apparaissent sur un plateau presque nu. Mathieu et Hanna sont les heureux parents de Swann qui fêtera le lendemain ses un an, le même jour que son père né 49 ans plus tôt. Mais Swann n'est pas un bébé ordinaire. Il a le pouvoir de se projeter dans l'avenir et de vivre par procuration spatio-temporelle de grands épisodes de sa vie. Durant toute une nuit, sous la forme d'une blague géante en huit épisodes, Swann va entraîner son père dans ce jeu de rôles et va le confronter à des réalités auxquelles Mathieu ne s'attendait pas.

Dans les vies de Swann, les comédiens semblent être à leur aise dans l'interprétation de leurs rôles placés à différentes époques. Mathieu (Marc Citti) qui se prend rapidement au jeu avec son fils, ne peut cacher son angoisse du temps qui passe. Côté jeu les quatre comédiens sont très drôles. Hanna (Elise Larnicol) en mère angoissée, se mue en béquille familiale avec tendresse et humour mais ne cache pas au public qu'il est parfois difficile d'être le soutien de famille. Swann (Arnaud Dupont) se prend de plein fouet ses changements d'âge sans en oublier qu'à la base il joue un bébé, certes qui parle, marche, danse (Ben quoi? Je ne vois pas ce qu'il y a d'anormal pour un nourrisson d'un an :-) ) mais qui continue de faire caca dans sa couche. Je tiens à souligner la performance de Marc Citti qui fait donne tout son liant à la pièce. Outre des dialogues tordants et des répliques bien amenées, son jeu de masque de père un peu paumé est singulier et très drôle. Marion Harlez-Citti joue quant à elle dans un registre assez différent de ses partenaires. Au fur et à mesure du déroulé des saynètes, elle enchaîne différents rôles : une baby-sitter, une OPJ, une comédienne en devenir, une déesse scandinave, une ancienne alcoolique...

Au sortir de la pièce, Julien* me confiait que ça faisait du bien de voir une œuvre de cette qualité volontairement minimaliste en termes de décors, et qui met le paquet sur l’interprétation des comédiens. Deux cintres et une petite table longiligne, inclinée et bordée de leds sont les seuls accessoires de cette oeuvre. Pour résumer, "les vies de Swann" est une très belle fable sur les relations père-fils et sur le temps qui passe inexorablement. Cette pièce réussi un véritable numéro d'équilibriste car elle met véritablement en avant les talents d'interprétation des comédiens sans subterfuge, sans éléments inutiles au spectacle. Elle laisse le jeu faire son œuvre et l'imaginaire du spectateur faire le reste.

Et maintenant, à vous de jouer.
Maria-Nella


*les prénoms ont été changés

Auteur : Marc Citti
Mise en scène : Marc Citti, Delphine Ciavaldini
Chorégraphe : Cécile Bon
Interprète(s) : Marion Harlez-Citti, Elise Larnicol, Arnaud Dupont, Marc Citti
Lumières : Jean-Luc Chanonat

Article dédié aux hommes de ma vie, mon père, mon frère et mon neveu qui comme Mathieu et Swann est né le même jour que son grand-père.

Théâtre des Béliers Avignon - 21 juillet 2019

À 12H15 : DU 5 AU 28 JUILLET - RELÂCHES : 10, 17, 24 JUILLET

https://www.avignonleoff.com/programme/2019/les-vies-de-swann-s25063/