Les fous alliés

18/09/2020

Lundi 14 septembre. C'est jour de rentrée des classes. L'ambiance est électrique devant l'école et les élèves sont déjà en rang devant la porte. Ce soir, c'est un masque de chirurgien et un bloc note qui me feront office de tablier d'écolière et d'ardoise. Et c'est le théâtre du marais qui a revêtu son habit de salle de classe. Après une inspection en règle des uniformes sanitaires en entrant dans la salle, les surveillants généraux donnent leurs consignes de sécurité aux élèves. Pour ne pas copier les uns sur les autres, il est rappelé que les distanciations sociales entre les écoliers doivent être respectées. 
La première leçon de l'année commence et les élèves sont motivés après plusieurs mois de vacances. Pour l'occasion, ce sont Fabrice Pannetier et Vincent Cordier qui vont donner leur cours intitulé : les fous alliés. Mais quel en est l'objet ?

Les fous alliés est spectacle composé huit scénettes de la vie de tous les jours : scène de bureau entre collègues, de la vie quotidienne de monsieur Tout le monde, de la vie de couple avec son lot de disputes et de chamailleries. Banal me direz-vous. Pas autant que ça, car le caractère routinier de ces mises en situation ne fait pas long feu. Bien au contraire, très vite, il laisse place à des intrigues ubuesques, pleine d'humour frôlant le surréalisme. Parfois même on peut y voir des aspects proches des sketchs des Monty Python, allant jusqu'au grotesque mais sans tomber dans le lourdingue. Ainsi, devant des élèves médusés défilent un médecin devenu malgré lui thérapeute, des bronzés s'avouant l'inavouable, un garçon trop gentil donnant un peu trop de sa personne, un frère et une sœur jouant à mensonges ou vérité...

Tel le diable qui se cache dans les détails, ici c'est l'humour qui se cache dans le texte et la mise en scène. C'est un humour subtil fait de jeu de mots et dont la gestuelle vient parachever l'ouvrage, basquette à la main. Et en ce jour de première, même les comédiens se sont pris à rire à leurs propres blagues. Les élèves étaient ravis de voir leurs profs se dépatouillant avec ce comique de situation.

Côté jeu, je connaissais Vincent Cordier dans un registre plus classique notamment au travers de pièces de Molière et de Feydeau. Mais là, je suis forcée de constater que dans un registre plus contemporain, Vincent excelle tout autant. Le duo complice qu'il forme avec Fabrice Pannetier marche vraiment bien car axé sur l'opposition permanente entre un personnage calme, et celui-ci qui pète les plombs. D'ailleurs le « pétage de plomb » n'a pas le monopole d'un personnage. Il va et vient à sa guise entre les deux comédiens parfois dans la même scénette.

Ainsi donc, après des mois d'école buissonnière, ces fous alliés nous offrent un beau spectacle dont la légèreté est bienvenue. Jamais je n'aurais pensé être aussi motivée par une rentrée des classes et de retourner sur les bancs du public. Les fous alliés est un spectacle qui signe une rentrée théâtrale réussie, et ça, ça fait un bien fou... Il faut y aller !!!

Et maintenant, à vous de jouer !
Maria-Nella

Texte : Vincent Cordier
Avec : Fabrice Pannetier, Vincent Cordier
Mise en scène : Stéphane Duclot

Théâtre du Marais - 14 septembre 2020

Tous les lundis, du 21 septembre 2020 au 28 décembre 2020

https://www.theatredumarais.fr/les-fous-allies/