J'ai jamais dit ça!

Chers lecteurs, chères lectrice.
Je crois que nous sommes cernés. Entre Monsieur Chasse au Théo théâtre, l'Empereur des boulevards à la Croisée des chemins, Tailleurs pour Dame à la comédie St Michel et La puce à l'oreille au Français, le moins que l'on puisse dire c'est que même au 21e siècle, Georges Feydeau est toujours aussi tendance dans les théâtres Parisiens. Et ce soir, à la Comédie Nation, ce n'est pas un, mais trois Feydeau auxquels je suis conviée.

Le rideau se lève sur M. et Mme Feydeau. Le couple est en crise, voire au bord de la rupture. Tour à tour, ils sont appelés à la barre d'un tribunal et exposent leurs déboires matrimoniaux au Président de séance. Et c'est sous la forme de cette tentative de conciliation conjugale entre Georges et Marie-Anne Feydeau, que la compagnie des veilleurs d'aurore joue les plus grandes scènes de ménage de « Mais n'te promène donc pas toute nue ! » ; « Feu la mère de Madame » et « On purge bébé ». Entrecoupés des interventions du juge des affaires familiales, M et Mme Feydeau lavent leur linge sale en public. Et tout y passe : la chemise de nuit, la perruque de Louis XIV, le pot de chambre, le cocu, les domestiques aux costumes parfois encombrants, le lit conjugal, la belle doche, les guêpes, le pot de chambre, le bébé et l'eau du bain par-dessus le marché !

Pour notre plus grand plaisir, avec la pièce « J'ai jamais dit ça », la compagnie des veilleurs d'Aurore surfe avec talent sur le répertoire des comédies classiques. Au printemps dernier, j'avais d'ailleurs eu l'occasion de les découvrir dans une interprétation assez réussie de L'école des femmes de Molière. Pourtant, le pari était plutôt risqué de combiner trois Feydeau en un. Déjà il a fallu trouver un thème commun qui fasse le trait d'union entre les trois pièces, en l'occurrence, la conciliation conjugale. De plus, il a fallu faire preuve d'ingéniosité pour fusionner concrètement ces œuvres sur scène comme concevoir un décor suffisamment modulable pour faire rentrer dans le même espace des lieux bien distincts aux trois intrigues : un salon, une chambre à coucher et un bureau. Mais outre cela, ce qui fait de «J'ai jamais dit ça » un spectacle original, c'est la mise en scène pétillante et énergique signée Christian Bujeau. Croyez-moi, dans ce spectacle, le couple Feydeau n'est pas prêt d'aller se coucher, nous non plus d'ailleurs (et c'est tant mieux). Les comédiens tiennent bien le rythme pendant près de 80 minutes. Certains changent de vêtements de manière express, parfois même sur scène pendant que d'autres changent complètement de personnage le plus naturellement du monde. Du grand art!

Pour finir, comme le dirait Drys Penthier au moment salut final, « quelle drôle d'idée d'aller voir une histoire de divorce le jour de la St Valentin? ». Quelle drôle d'idée en effet. Mais un divorce à la sauce Feydeau, ce n'est pas un divorce banal. On ne s'ennuie pas car c'est riche en rebondissements. 
Avis aux fans incontestés du maître du Vaudeville, ce spectacle est fait pour vous. Trois Feydeau pour le prix d'un! Qui dit mieux ?

Et maintenant, à vous de jouer !
Maria-Nella

Textes : Georges Feydeau 
Mise en scène : Christian Bujeau
Assistant à la mise en scène : Axel Stein-Kurdzielewicz
Avec : Vincent Cordier, Juliette Chabot, Drys Penthier, Thomas Soler, Olivera Trajkovic 
Compagnie les Veilleurs d'Aurore

Comédie Nation - vendredi 14 février 2020

https://www.comedienation.fr/content/jai-jamais-dit