Bienvenue en Corée du Nord

La seule chose que l'on puisse dire c'est que ce titre "décoiffant" annonce la couleur quand on connait la genèse de ce spectacle. En effet, quelques jours avant de débarquer à Avignon, j'apprends par le biais d'un reportage radio la présentation au festival d'un spectacle pour le moins original. La journaliste explique le projet fou d'une troupe de théâtre venue de Normandie : des comédiens ont eu l'idée de pénétrer en Corée du Nord et sous couvert de visas touristiques, ont observé cette société de l'intérieur afin de s'en inspirer pour monter un spectacle de clown à leur retour en France. Risqué et culotté me direz-vous... Certes. Mais bon, le théâtre peut nous faire faire des choses assez dingues, surtout quand on arbore un nez rouge.

Devant le rideau fermé, rappelant la métaphore du rideau de fer, quatre protagonistes aux costumes complément déjantés et de toutes les couleurs, se présentent au public. La troupe vient de poser le pied sur le sol gaulois après un petit voyage de quelques jours en Corée du Nord. Avec une vigueur d’esprit et le sens du melting-pot, le petit groupe nous expose avec enthousiasme leurs diverses aventures au "pays du secret". De leur périple et de leurs valises (bien ordonnées pour certaines) ils nous sortent tout un tas de souvenirs : des cadres photo, des drapeaux, des bas de contention, de l'encens, des juste-corps à paillettes, des ogives nucléaires (normal), un imper à boutons, une robe traditionnelle, des t-shirts aux effigies originales, de la bouffe, des éventails, des confettis, un casque... tout en nous promettant pendant plus d'un heure l'imminence de leur spectacle.
Tout du long, les comédiens prennent un malin plaisir à jouer avec le public en mélangeant les gags traditionnels du clown (la fleur à eau), les quiproquos politico-religieux, le comique de répétition et les ruptures du quatrième mur un peu plus improvisées. D'ailleurs, au cours d'un changement de costume, l'un d'entre eux laisse entrevoir un pectoral dénudé. A cette vision, je ne peux m'empêcher de lâcher un "Mmmm Mmmm" d'émoi qui vient briser le silence religieux qu'il règne dans la salle. Le comédien s'arrête net et lance alors vers moi un regard langoureux qui fait exploser le rire l'assemblée.
Au bout d'une heure, le spectacle tant attendu finit par commencer. Le rideau se lève et nos quatre protagonistes se lancent alors dans le récit historique sur la construction de la Corée du Nord un peu en mode séance diapo de propagande. Dépaysant, n'est-ce pas?

Pour être tout à fait honnête, à la base les spectacles de clown c'est pas trop mon truc. J'aime bien mais arrivé à un certain point de non retour, ça me saoule grave. En gros, c'est pas trop ma came. A Avignon, de prime abord, je me suis laissée traîner à cette pièce, un rien démotivée. Ce n'est que devant la salle que j'ai fait le rapprochement avec le reportage radio. La curiosité et l'intérêt en furent alors plus grand. Car il faut bien reconnaître que ça n'est pas donné à tout le monde que de vouloir pénétrer le pays le plus fermé de la Terre pour en monter un spectacle. Beaucoup aurait reculé face à ce projet quelque peu dangereux. Et puis, le mérite de ce spectacle est d'avoir abordé un sujet diplomatiquement sensible avec humour (on rigole beaucoup), tendresse et décalage. Il faut également saluer le courage de cette troupe. Les comédiens auraient pu y laisser un peu plus que leur nez rouge s'ils s'étaient faits démasquer.

Et maintenant, à vous de jouer.
Maria-Nella

De et mise en scène Olivier LOPEZ

Compagnie La Cité/Théâtre

Interprètes Marie-Laure BAUDAIN
Laura DEORGE
Alexandre CHATELIN
Adélaïde LANGLOIS

Théâtre des Halles - Le Chapitre - 22 juillet 2018